/*icones newtab*/

Alexis Puybasset

Alexis Puybasset

Exposition : 06.05 – 12.05.2024 de 15h à 19h
Vernissage lundi 06.05 de 18h à 22h

« Landslide »

 – glissement de terrain 
 – titre de Fleetwood Mac, 1975

Les œuvres présentées lors de cette exposition s’ancrent dans le mouvement, la liberté et les hasards générés lors du passage d’une forme à une autre, d’une volonté à une autre.

Ce sont des compositions mêlant unicité et pluralité dans lesquelles tout devient partie d’une même entité : le paysage, le minéral, l’organique, l’espace et le sujet, le vivant et le vide, l’émotionnel et le sensé, le tangible et l’indicible. 

Elles sont le résultat d’une expression qui vacille, d’un changement d’état, d’un glissement de terrain continu entre le conscient et l’inconscient.

 

Alexis Puybasset

A. Binet – A. Lefebvre

Alexandra Binet et Alexandra Lefebvre

Entre Ciel et Terre

Dates : 23.04 – 28.04.2024
tous les jours de 14h à 21h

C’est au cœur d’un atelier parisien, il y a quinze ans, que se sont rencontrées les deux artistes. Elles partagent le même prénom et leur passion pour la peinture à l’huile.

A travers leur 1ère exposition conjointe, leur complicité s’exprime. Elles explorent la luminosité d’atmosphères dont l’inspiration puise sa source dans leurs expériences personnelles. Leurs univers se répondent et créent un nouvel espace, celui du spectateur qui déambule entre ciel et terre.

Le ciel nimbe de sa présence mystérieuse les toiles, au milieu desquelles jaillit la terre, minérale ou urbaine.

L’équilibre subtil et sans cesse renouvelé des éléments nous interpelle sur notre perception et notre projection au sein de ces panoramas. Elles nous invitent à songer à notre tour à la palette unique dont nos expériences colorent nos environnements.

Entre Ciel et Terre

Brenet – Perminova

Tatiana Perminova et Jacques Brenet

Les voyages illuminés

Dates : 08.04 – 14.04.2024
tous les jours de 14h à 19h et dimanche de 11h à 16h

Vernissage le jeudi 11 avril de 18h à 22h

Street Art – Ariane Pasco

13 artistes s’amusent à plancher sur des planches

Street Art sur les planches

Du 1er au 7 avril

Vernissage le 1er Avril à partir de 18H

Ariane Pasco

Bastek

Codex Urbanus

Docteur Bergman

EZP

hRLck

Jérôme Mesnager

Morège

MOSKO

PAELLA

Rémi Cierco

Trassh

Unfortunate Oscar

Les planches anciennes ont été chinées dans diverses ventes et brocantes et sont la collection personnelle d’Ariane Pasco.

Street artistes confirmés ou émergents, venant d’horizons très différents, collagistes, plasticiens, dessinateurs, peintres et pochoiristes, réunis autour d’un même support.

Ils apportent leur univers, leur imaginaire et leurs émotions…

Hans Seiler

Hans Seiler
(1907-1986)

Dates : 12.03 – 24.03.2024
tous les jours de 11h à 19h
et le week-end de 10h à 20h

Vernissage
mercredi 13 mars à partir de 17h

 

Impressions du Périgord

Hans SEILER (1907-1986)

Né à Neuchâtel, en Suisse, en 1907, Hans Seiler passe son enfance à Berne où son père est médecin. En 1924, il se rend à l’école des Beaux-Arts de Lyon où il suit d’abord les cours de sculpture. Puis en 1927 il va à Paris, se consacrer à la peinture. Il entre à l’Académie Ranson, où il suit l’enseignement de Bissière jusqu’en 1930, et il lui gardera toujours une amitié fidèle et réciproque. Il se lie également à Gromaire, qui lui aussi, restera son ami toute sa vie. Il travaille ensuite en solitaire, surtout pendant les années de la guerre.

En 1934, il se fixe avec sa femme et sa fille à Chennevières-sur-Marne, et en 1939 achète une maison en Périgord, près de Sarlat où il passera de longues périodes tout au long de sa vie. Il voyage dès les années 30 en Bretagne et y reviendra souvent, il ira aussi sur la côte normande. Son amour des grands ciels lui fera aimer aussi la Hollande, et à partir de 1978, il se rendra tous les automnes en Espagne.

Tous ces lieux inspireront les thèmes qui feront son œuvre.

Dans les années 50, tout en restant proche de ses amis peintres, il ne les a pas suivis dans la voie de la non-figuration. Pour lui la recherche de la lumière et de la représentation de l’espace s’exprimait dans ses paysages et ses intérieurs, selon l’image qu’il en avait gardé dans sa mémoire et qu’il retransposait selon le souvenir des éclairages et de l’atmosphère qu’il avait ressentie à un moment donné.

Après une longue interruption pendant la guerre, il expose en 1948 à la galerie Jeanne Bucher et de 1950 à 1970 à la Galerie Roque. Puis à la galerie de Bellechasse qui deviendra la galerie Bellint, et ce, jusqu’à sa mort. Il exposera aussi à l’étranger (en Suisse, à Londres, Oslo, Stockholm, au Luxembourg et aux salons d’Automne, de Mai, des Réalités Nouvelles et à la FIAC.

Le musée Bonnat à Bayonne lui consacre une rétrospective durant l’été 1986. Il meurt accidentellement début août pendant cette rétrospective.

La galerie Krugier à Genève, lui consacre une salle à la foire de Bâle en 1989 et l’expose avec ses autres peintres suisses à Genève en 1991. Quatre expositions particulières lui ont été consacrées à Paris et une en Suisse de 1990 à 2005.

En 2007 (octobre à décembre) pour le 100ème anniversaire de sa naissance, une exposition a lieu au Musée de Meudon, présentant une rétrospective de ses œuvres de 1928 à 1965. Elle sera suivie l’année suivante par la présentation de peintures du Périgord et des Charentes, au Musée des Beaux-Arts de Bordeaux (novembre 2009 à février 2010). Enfin, outre des expositions en galerie, le musée de la Cohue, à Vannes, lui consacre une importante exposition en 2021.

1944-49 Les noyers de La Roque – 51×66
1948 La batteuse – 38×55
1949 Paysage avec l’âne – 33×40
1949 Le château – 16,5×23,5
1950 Château de Fayrac – 24×33
1953 Le gros noyer – 33×41
1955 Marqueyssac (bleu) – 33×41
1955 Marqueyssac (ocre) – 27×40
1958 La petite grange – 40×26
1958 La plaine – 24×32
1958 La Roque – 41×33
1960 La petite grange de Jean – 19×24
1965 Maisons – 36×26
1965 Beynac vu de Castenaud – 37,5×29,5
1965 Les deux châteaux – 28×27
1966 Les deux chateaux – 24×32

Marie-Françoise Pasturel

Marie-Françoise Pasturel

Peintre

Dates : 04.03 – 10.03.2024
tous les jours de 14h – 20h

Vernissage : 04 mars à partir de 18h

Peindre le rêve, la lumière, les reflets, et la mer…
Peindre est pour elle une expression intime, une expérience personnelle.
C’est une découverte, une re-découverte de tous les instants, jamais épuisée, à chaque fois renouvelée.

Née face à la mer, elle a toujours gardé une fascination pour le bruit des vagues, l’embrun et le spectacle de la mer qui s’en va et qui revient, sans fin, sous la lumière changeante du ciel.

Pour elle, une toile se construit à deux : celui qui peint et celui qui regarde. L’important est de donner, à celui qui regarde, un espace où il peut se projeter et rêver.

​Le « rayon vert » est un phénomène rare et fugace qui se produit au coucher du soleil, sur la mer, juste à l’horizon. A l’instant où le disque rouge du soleil semble s’enfoncer à l’horizon, comme englouti par la mer, et disparaît, alors, juste à ce moment, un rayon vert fuse puis s’éteint, aussi vite qu’il est apparu.

C’est un phénomène physique tout à fait explicable, mais d’aucuns lui prêtent une fonction « magique », par laquelle le vœu formulé alors… se réalise !

Encore faut-il l’apercevoir…